Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
ALGéRIEECONOMIEENTREPRISESCULTURE SPORT

///   Flashback : courte genèse du pétrole algérien

par Ecomnews Med Redaction le
Dans un contexte marqué par la chute du prix du baril, Ecomnews Med vous propose de revenir sur la genèse du pétrole algérien.

Petrole Egypte

En accaparant la moitié du PIB, 60% des recettes et 98% des exportations de l’Etat, les hydrocarbures sont bien plus qu’un pilier de l’économie algérienne. Pour beaucoup, le pétrole et le gaz naturel en sont les éléments structurants, dans la mesure où ils font la pluie et le beau temps des indicateurs macroéconomiques du pays.

Ce n’est un secret pour personne : la balance commerciale de l’Algérie et de l’ensemble des pays de l’OPEP accuse un creusement du déficit à cause de la baisse chronique du prix du baril. Pour ce billet, nous délaisserons quelque peu les tergiversations de l’actualité brûlante pour remonter dans le temps. Le point sur la genèse du pétrole algérien…

Une épopée en terre hostile

Un 15 juin 1956, à l’aube de l’indépendance du voisin marocain, une information somme toute laconique fera le tour des télescripteurs. Elle viendra « compliquer le problème algérien » pour les dignitaires de la puissance coloniale française.

Du pétrole a jailli au Sahara ! Il faut dire que les spécialistes suspectaient depuis des décennies la présence d’importantes réserves de l’or noir. Si Hallis Heldberg, géologue en chef de l’U.S Golf Oil Corporation jugeait « qu’aucune zone intérieure de l’Afrique ne présentait d’intérêt pour les recherches », les spécialistes français s’obstinaient dans leurs missions de recherche en raison des étonnantes similitudes entre le Sahara algérien et le désert d’Arabie.

Sans cartes précises, les missions se révèlent laborieuses. L’institut géographique national devra d’abord entreprendre un long relevé des surfaces par des photographies aériennes. Ce sera le point de départ d’une véritable épopée, à 1 000 kilomètres au sud d’Alger, au milieu d’une terre hostile sous un soleil torride.

En 1956, le gisement de Hassi-Messaoud sera entièrement localisé. « On ne dira jamais assez l’importance de la géophysique dans cette affaire où il a fallu tout inventer », explique M. Leca, ex-directeur général adjoint de la Société nationale de recherches de pétrole en Algérie (S.N.RE.P.AL).

Un demi-siècle de bons et loyaux services

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’Algérie « n’a qu’un poids relativement modeste en termes de réserves et de production de pétrole dans l’OPEP », selon les propos du ministère algérien de l’Energie. Pourtant, le pays du million et demi de martyrs a joué un rôle important et parfois décisif au sein de cette puissante organisation qui a vu le jour en 1960.

Aujourd’hui, après avoir plus d’un demi-siècle d’exploitation intense, le gouvernement algérien entend vraisemblablement diversifier ses sources de revenus, alors même que les réserves s’épuisent doucement mais sûrement et que les prix atteignent des seuils historiquement bas…

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.