Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
MAROCACTUALITÉECONOMIEECHANGES MÉDITERRANÉENS

///   Le phosphate, future pomme de discorde entre l’UE et le Maroc ?

par Karl Demyttenaere le
L’Union européenne envisage de mettre en place une nouvelle législation concernant les importations de phosphate en 2017. Ce nouveau cadre pourrait bien contrarier les autorités marocaines…

Phosphate

L’Union européenne veut réduire la proportion de cadmium (un métal contenu dans le minerai de phosphate) dans ses importations de phosphate et d’engrais. Pourquoi ? D’après de nombreuses études scientifiques il serait cancérigène. Bruxelles veut ainsi faire passer la teneur en cadmium des engrais à 60 mg/kg en 2017, puis à 40 mg/kg  en 2021 avant de viser 20 mg/kg à l’horizon 2030.

Problème, les exportations en phosphate du Maroc contiennent une proportion en cadmium chérifien entre 29,5 et 72,7 mg/kg.

Rabat conteste la fiabilité des études sur lesquelles s’est basée la décision de l’UE et affirme que le seuil de teneur de cadmium dans la roche devrait être rehaussé à un niveau de 80mg/kg.

La Russie, grand gagnante de la nouvelle législation européenne ?

Pour l’Union européenne, cette nouvelle législation doit permettre la protection de la santé de ses citoyens mais aussi réduire sa dépendance aux importations dans ce domaine

« À l’heure actuelle, l’UE importe environ 6 millions de tonnes de phosphates par an, mais, selon les estimations, il serait possible de remplacer jusqu’à 30% des engrais inorganiques par des boues d’épuration, des déchets biodégradables, des farines de viande et d’os ou du fumier », estime Bruxelles dans un communiqué.

La législation pourrait être adoptée début 2017. A noter que le grand bénéficiaire de cette nouvelle législation serait : la Russie. En effet, les réserves en phosphate de ce pays ont une faible teneur en cadmium. Moscou pourrait ainsi augmenter ses exportations vers l’Union européenne.

Mais Bruxelles a-t-elle intérêt à renforcer l’emprise russe sur l’agriculture du Vieux continent alors que les tensions diplomatiques se multiplient avec le Kremlin ?

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.