Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
MAROCACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESBON PLANAGENDAPHOTOS ET VIDÉOSECHANGES MÉDITERRANÉENS

///   La ville de Fès au Maroc veut accroître son potentiel touristique

par Claire Thibault le
Créée en 2009, Air Arabia transporte plus d’un million de passagers chaque année vers le Maroc. Après des liaisons vers Paris, Lyon, Pau, Toulouse et Montpellier, la compagnie aérienne low-cost vient d’ouvrir une ligne vers Bordeaux, ce 3 décembre, en partenariat avec l’Office national marocain du tourisme avec pour destination Fès, la capitale historique du Maroc.

 

Les touristes français lui préfèrent plus souvent Marrakech, Casablanca, Rabat ou Agadir mais la ville de Fès compte bien faire valoir ses atouts d’ancienne capitale historique du Maroc. Une nouvelle liaison Bordeaux-Fès, ouverte ce samedi 3 décembre par la compagnie aérienne Air Arabia Maroc, devrait contribuer à son développement touristique.

« Nous souhaitons attirer un million de touristes par an dans la ville de Fès, ce qui s’inscrit dans les objectifs nationaux du Maroc de faire venir 20 millions de touristes à l’horizon 2020 », explique Ahmed Sentissi, vice-président du Conseil régional du tourisme de Fès-Boulemane.

Fes

La compagnie aérienne contribuera à cet objectif, avec un potentiel de « 29 000 passagers transportés par an sur la ligne Bordeaux-Fès », selon Laila Mechbal, directrice générale Air Arabia Maroc qui propose 12 lignes directes et 25 fréquences entre le Royaume et la France.

« Avec cette nouvelle ligne, nous cherchons à créer de la valeur ajoutée sur le marché, nous sommes des pionniers sur le Maroc en termes de création de routes qui n’ont jamais été connectée auparavant », précise Laila Mechbal.

À l’aéroport de Bordeaux, toutes compagnies aériennes confondues, le trafic avec le Maroc a quasiment doublé depuis 2009, pour s’établir à environ 200 000 passagers transportés en 2016.

Fes Aeroport

Fès, capitale spirituelle et religieuse 

Mais comment se différencier face aux richesses des autres villes impériales du Maroc ? « Fès, c’est la capitale spirituelle, religieuse et historique du Maroc, c’est un véritable musée à ciel ouvert. Si vous recherchez l’authenticité du Maroc, c’est dans cette ville qu’il faut venir », insiste Ahmed Sentissi.

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, sa médina abrite entre autres l’Université Al Quaraouiyine, la plus vieille université au monde, et sa bibliothèque qui devrait rouvrir au printemps 2017, après quatre mois de travaux de rénovation.

La ville, fondée au IXe siècle, regorge également de mosquées, musées, médersa (écoles) et fontaines en mosaïques. Elle a su conserver son charme médiéval et son artisanat traditionnel, à travers les métiers de menuisiers-ébénistes, tanneurs, potiers et dinandiers.

La ville compte également une offre importante d’hôtels, ryads et palais, qui devrait s’étoffer jusqu’en 2020 en raison du programme lancé par le royaume marocain, qui prévoit la construction de 52 hôtels. « À Fès, toute une station est en projet avec la Caisse de Dépôt et de Gestion du Maroc, ce qui devrait conduire à la construction d’une dizaine d’hôtels supplémentaires ».

Site archéologique Volubilis

Site archéologique de Volubilis

Grâce à sa situation géographique, il est également possible de rejoindre depuis Fès, le site archéologique de Volubilis ou encore les villes de Meknès et Ifrane, qui dispose d’une station de ski. 

Reste que le développement du tourisme au Moyen-Orient est souvent corrélé au contexte géopolitique. « Le Maroc est sûr, ce qui nous permet d’avoir de tels objectifs en termes de tourisme », assure Ahmed Sentissi.

Si la destination est toujours très prisée des Français - premiers en termes de flux touristiques - les touristes chinois affluent depuis la suppression des visas en juin dernier.

Afin de répondre à l’augmentation du trafic, le nouveau terminal de l’aéroport Fès-Saïss devrait ouvrir prochainement. D’une superficie de 17 000 m2, il pourra accueillir jusqu’à 5 millions de visiteurs par an. Sa construction a nécessité 479 millions de DH d’investissement.

Pour en savoir sur l'économie du Maroc, découvrez notre vidéo sur les chiffres clés du royaume :

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.