Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
MAROCACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESPHOTOS ET VIDÉOSECHANGES MÉDITERRANÉENS

///   Regard croisé franco-marocain sur l’Afrique subsaharienne

par Selim Ben Taziri Rosa le
La présence de la France et du Maroc dans les pays d’Afrique Sub-saharienne s’intensifie depuis quelques années avec une vague d’investissements à la clé. Une étude sur 250 dirigeants français et marocains évalue les risques, critères d’implantation et taux de présence dans ces pays.

carte d'Afrique

Le cabinet de conseil européen Bearing point a interrogé un groupe de plus de 250 dirigeants français et marocains afin d’étudier leur perception et leur approche vis-à-vis des pays subsahariens.

Critères d’implantation dans les pays d’Afrique sub-saharienne

Pour ce qui est des critères d’implantation, il s’est avéré que les 150 dirigeants marocains que compte le groupe interrogé accordent plus d’importance à la stabilité économique que leurs 100 homologues français. Premier critère pour les marocains, la stabilité économique des pays de l’Afrique sub-saharienne prend la troisième position du côté français.

Dans le top 3 des critères d’implantation, les deux pays enregistrent les mêmes priorités. Les dirigeants français accordent la première place à la taille du pouvoir d’achat et la deuxième à la taille en nombre de clients. Les marocains accordent les deuxièmes et troisièmes places au pouvoir d’achat et au nombre de clients respectivement.

Pour ce qui est des critères les moins influents pour la décision d’implantation, le pouvoir des négociations du groupe avec les pouvoirs locaux et le complément de la zone de vente (footprint) sont respectivement en bas de la liste des priorités pour la France et la Tunisie.

Risques, difficultés, concurrence

La perception des risques en Afrique est la même pour les deux nationalités. Tous deux apportent le plus d’importance au risques sécuritaires suivi des risques de corruption en 2ème position et des risques politiques en 3ème position. Le Maroc accorde moins d’importance aux catastrophes naturelles pendant que la France en accorde moins pour les risques sanitaires.

L’étude met également en exergue la hiérarchie des difficultés liées aux pays. Parmi les 3 principales difficultés que cherchent à éviter les Français : les infrastructures institutionnelles, économiques et technologiques. Du côté marocain, c’est les infrastructures institutionnelles, économiques et l’environnement concurrentiel.

La présence des deux pays est très forte en Afrique subsaharienne et représente une richesse commerciale. Parmi les 3 pays où le Maroc est le plus présent, l’étude retient le Sénégal, suivi de la côte d’Ivoire et du Gabon. La France a quant à elle une présence soutenue en Côte d’Ivoire, au Maroc et au Cameroun.

Les deux nations méditerranéennes estiment que leur force concurrentielle sur ces marchés est la qualité supérieure de leurs produits et services. BearingPoint est une société de conseil européenne présente dans plus de 20 pays à travers le monde. Elle compte 3 400 salariés, dont environ 700 consultants en France.

Pour en savoir plus sur les relations entre le Maroc et l'Afrique, découvrez notre interview du ministre de l'industrie marocain Moulay Hafid Elalamy :

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.