Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
ISRAëLACTUALITÉECONOMIEPOLITIQUE

///   Inauguration d'un quartier financé par les Qataris, au sud de la bande de Gaza.

par Diane Janel le
Un projet de logements a été lancé par le Qatar dans la ville de Khan Younis, dans le sud de la Bande de Gaza.

Ce 11 février a eu lieu la cérémonie visant à inaugurer un projet de logements qui avait été financé par le Qatar dans la ville de Khan Younis, dans le sud de la Bande de Gaza. Il convient de souligner que le Qatar reste de loin le plus grand bailleur de fonds du mouvement Hamas.

Reconstruire dans la Bande de Gaza

Selon le site d’information Ynet, le vice-président du bureau politique du Hamas Ismail Haniyeh a annoncé lors de la cérémonie que l’émir du Qatar Tamim bin Hamad Al Thani offrira une somme de 100 millions de dollars supplémentaires à la réhabilitation de la Bande de Gaza. 

Sur ces fonds, a ajouté Haniyeh, 25 millions de dollars seront alloués à la construction d’un hôpital à Rafah, et 10 millions de dollars seront destinés à l’édification d’un centre en faveur des personnes handicapées dans la ville de Gaza. 

D’après le Jerusalem Post l’initiative du Qatar de reconstruire une partie de Gaza est née à la suite de l’opération militaire israélienne en 2014, baptisée « Bordure Protectrice ». Le Qatar, en partenariat avec des Etats du Golfe, avait dépêché des représentants pour superviser les travaux de construction. Une bonne partie des 1 milliard devra être versé prochainement.

Une grave pénurie d'éléctricité

Ces dernières années, Gaza est en train de vivre sa plus grave pénurie d’électricité . Cette crise a pu être endiguée en janvier 2017 par le Qatar qui avait accepté de payer 12 millions de dollars de carburant pour l’unique centrale électrique de la bande de Gaza, mettant temporairement fin à la pénurie d'électricité.

Selon Haniyeh, le Qatar a aussi promis de transférer un montant de 30 millions de dollars qui serviront à créer de nouvelles lignes électriques, et 12 millions supplémentaires viendront financer les carburants qui sont utilisés dans les centrales électriques de Gaza. 

Les deux millions d’habitants de Gaza devraient bénéficier de 450 à 500 mégawatts d’électricité par jour, mais en reçoivent en ce moment moins de la moitié. Avec un rude hiver, la demande a connu un pic – ce qui a mené aux pénuries. 

Une crise qui remonte à 2007

Ces derniers mois, les habitants de Gaza ont mené des manifestations spontanées, dont une, le 09 février, au cours de laquelle des milliers de Palestiniens sont descendus dans les rues de Jabaliya, dans le nord de la Bande, réclamant plus d’électricité.  

Ils bénéficiait auparavant huit heures de courant mais ce temps a été réduit à quatre heures. Aujourd’hui la centrale électrique ne peut fonctionner correctement faute de carburant mais aussi en raison des dommages qu’a subis la centrale après des bombardements israéliens.

De plus, les tunnels fermés entre la Bande de Gaza et l’Egypte permettaient auparavant le transport de carburant. Les Palestiniens sont excédés: depuis  2007, le groupe terroriste islamiste a pris le contrôle de Gaza des mains du Fatah (qui domine l’Autorité palestinienne).

Ce coup d’état violent a entraîné un blocage frontalier de la Bande de la part d’Israël et de l’Egypte. Cela a aggravé la pénurie d’électricité déjà présente. Les deux factions ont été dans l’incapacité de former un gouvernement d’unité et connaissent un conflit continu sur le coût fiscal des importations de carburant.

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.