Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
ISRAëLACTUALITÉPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   Le Ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson en visite en Israël

par Diane Janel le
Dans le cadre de sa visite dans l'Etat Hébreu, le président Reuven Rivlin a demandé au secrétaire d’Etat britannique, Boris Johnson, de transmettre une invitation à la famille royale britannique pour se rendre en Israël.

Boris Johnson

Le Ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson est arrivé le 7 mars en Israël. Il s'agit de sa première visite officielle dans le pays depuis qu'il a pris ses fonctions. Durant sa visite, il a été recu par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le Chef de l’Etat Ruby Rivlin et le chef de l’opposition Itshak Herzog.

Il s'est également entretenu avec des membres de la direction de l’Autorité palestinienne à Ramallah. D’après des médias anglophones, Johnson aurait été invité à rencontrer des militants de gauche opposés à l’existence des localités juives de Judée-Samarie. Durant son séjour, Boris Johnson s'est aussi vu transmettre une invitation de la part de Rivlin à la famille royale britannique pour se rendre dans l’Etat juif. 

Une histoire commune

En, 2017 la déclaration Balfour fête son 100e anniversaire . Il s'agit  d'un document important signé le 2 novembre 1917 par Arthur James Balfour, le Ministre des affaires étrangères britannique de l'époque.

La déclaration était adressée à Lord Lionel Walter Rothschild, éminence de la communauté juive britannique et financier du mouvement sioniste, à des fins de retransmission. La déclaration, publiée dans le Times de Londres le 9 novembre, se déclare en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national juif. Ce document est considéré comme une des premières étapes dans la création de l'État d'Israel ainsi qu'une reconnaissance officielle du mouvement sioniste.

« C’est une année très importante de l’histoire des relations entre Israël et le Royaume-Uni », a fait remarquer Rivlin à Johnson. « Nous marquerons les 100 ans de la déclaration Balfour, et je suis très honoré d’inviter officiellement la famille royale à venir en Israël pour marquer cet évènement ». 

De son côté, Johnson a déclaré: « Nous voyons notre rôle historique en Israël et dans la région, et nous voulons renforcer et construire nos relations bilatérales. Le futur, c’est la coopération ». Mais il a également ajouté « Nous restons attachés à une solution à deux états, à cette vision, pour la résolution de ce conflit. Je pense vraiment que c’est possible ».

Les tensions dans le camp Palestinien

En juillet, l’Autorité palestinienne avait annoncé son intention de poursuivre en justice le gouvernement britanniques pour le document de 1917 qui avait permis la création de l’Etat d’Israël. La commémoration de cet évènement est vu d'un mauvais œil par la communauté palestinienne qui se sent injustement lésée.

Boris Johnson avait suscité la controverse lors de sa dernière visite en Israel en novembre 2015 en qualifiant ceux qui préconisaient un boycott d’Israël « d’universitaires gauchistes ». A l'époque, plusieurs groupes palestiniens avaient ainsi refusé de rencontrer le ministre des affaires étrangères.

Cette fois, Boris Johnson a pu se rendre dans les territoires palestiniens pour discuter avec les dirigeants des deux parties. Il a rencontré le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah ainsi que des membres de l’ONG "La Paix maintenant" qui milite contre les implantations israéliennes en Cisjordanie.

A Ramallah, Johnson a critiqué la construction dans les implantations israéliennes, dont le rythme s'est accéléré ses dernières années. Mais il a également condamné les violences palestinienne. « Il est évidemment nécessaire pour le peuple israélien de se sentir en sécurité sans craindre le terrorisme et la violence ».

Pour en savoir plus sur Israël et sa diplomatie, découvrez nos vidéos exclusives :

     

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.