Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
MAROCACTUALITÉENTREPRISESAGENDAPOLITIQUEECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   COP 22 : Le Maroc se met en ordre de marche

par Yoann Hervey le
A neuf mois de la COP 22 qui se déroulera du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, le Maroc vient de désigner les membres de son comité de pilotage.

Les autorités marocaines viennent de dévoiler les noms des membres du comité de pilotage chargé de mettre en œuvre la COP 22 ("Conference of Parties » sous l’égide des Nations Unies qui a pour thème les changements climatiques, NDLR). Ce dernier sera composé de sept personnalités.

A l’instar de Laurent Fabius, ancien ministre français des Affaires étrangères récemment nommé président du conseil constitutionnel, la présidence de ce comité de pilotage sera assurée par le ministre des Affaires étrangères marocain Salaheddine Mezouar.

A noter que cette équipe ne comprendra qu’une seule femme : Hakima El Haite. La ministre déléguée en charge de l’environnement a été, pour l’occasion, désignée envoyée spéciale du climat. Aziz Mékouar, ancien ambassadeur à Rome et Washington s’est vu, lui, confier la responsabilité du pôle négociations.

Les élections législatives marocaines qui se dérouleront le 7 octobre, soit un mois avant l’ouverture de la COP 22, ne devraient pas modifier la composition de cette équipe, quels que soient le verdict des urnes et le sort des ministres.

Un budget de 80 millions d’euros

L’organisation de la COP 22 devrait coûter entre 800 et 900 millions de dirhams, soit entre 73,5 et 83 millions d’euros. Comparativement, le budget de la COP 21 dépassait les 180 millions d’euros.

Si la conférence à Paris avait accueilli 40 000 négociateurs, représentants d'entreprises, journalistes et autres membres d’ONG, cette 22ème édition ne devrait rassembler que 20 000 personnes.

La Cop 22 sera l’occasion pour le Maroc de mettre en avant ses nombreux projets « verts », notamment dans le domaine de l’éolien et du solaire (à lire notre article sur l'inauguration d'une immense centrale solaire près de Ouarzazate).

Le Royaume s’est fixé comme objectif de parvenir à produire 50 % d’énergies renouvelables et de réduire ses émissions de gaz à effets de serre de 13% d’ici 2030.

 

Pour aller plus loin : Le 8 février, Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc, a assisté à une conférence organisée au Medef à Paris intitulée "De la COP 21 à la COP 22". 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.