Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEPOLITIQUEÉCHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Iran : Hassan Rohani est réélu avec 57% des voix. Quels en sont les enjeux ?

par Denys Bédarride le
Le président iranien sortant, le modéré Hassan Rohani, a donc largement été réélu dès le premier tour avec 57 % des voix. Une victoire qui pourrait lui permettre de continuer la politique d'ouverture qu'il a amorcé.

 

Le président sortant, Hassan Rohani, a été donc réélu pour quatre ans avec 57 % des voix au premier tour de la présidentielle iranienne. Sa victoire a été annoncée, ce 20 mai, par le ministre de l'Intérieur.

Ebrahim Raisi, protégé de l'ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême de la Révolution, a réuni 15,8 millions des voix, soit un peu plus de 38 %.

Hassan Rohani, 68 ans avait été élu en 2013 avec 50,7% des voix. Il est soutenu par les "Eslahtalab" partisans de la mondialisation opposés aux "Usulgagara" de Raissi enclins à l'isolationisme.

Mais attention, il ne faut pas non plus se fier trop aux apparences, la candidature de Rohani a tout de même reçu l'aval de l'ayatollah Khamenei. 

Derrière cette éléction, l'enjeu est de taille pour tous les investisseurs internationaux suite à la levée, il y a deux ans des sanctions interntaionales en 2015.

On pourrait parler de 50 milliards de dollars d'investissements par an même si le montant réél est de 2 milliards par an actuellement.

Il existe encore de nombreux blocages notamment au niveau des établissements financiers et bancaires et surtout si ils ont des relations avec les Etats-Unis.

De nombreuses transactions se font en troc ou en payant en cash. Certains utilisent des petites banques allemandes, italiennes ou même chinoises.

Sur un aspect plus macroéconomique, l'inflation est passée de 40% sous Ahmadinejad à 9,5% aujourd'hui. L'économie se redresse aussi et surtout grâce aux exportations de pétrole qui sont de 2,5 milllions de barils par jour contre 1 million lors des sanctions.

La croissance devrait être de 4% sur 12 mois mais le chômage reste encore très haut avec 12,5% de la population active.

Mais le gros enjeu du Président réélu sera de réduire la pauvreté qui touche un iranien sur 3 avec un SMIC à 250€.

 

A lire aussi

0 commentaires SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.