Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
MAROCACTUALITÉECONOMIEBON PLANAGENDAPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   Environnement : Le Maroc et l'Afrique doivent absolument être solidaires !

par Diane Janel le
Cette année, la 5ème édition du Salon international des technologies de l’eau de Casablanca était placée sous le signe de l'inquiétude. Face aux aléas des changements climatique, et à la raréfaction de l'eau, l'Afrique doit se montrer solidaire.

 

La 5ème édition du Salon international des technologies de l’eau a eu lieu Casablanca le samedi 1 et le dimanche 2 juillet sous le thème « Eau et changement climatique, pour une Afrique solidaire ».

Organisée par la Coalition marocaine pour l’eau (COALMA), cette manifestation vise à promouvoir le concept de l’économie verte par l’eau, de l’assainissement et de l’énergie. Cet évènement informe également sur les perspectives de formation et de recherche dans ce domaine ainsi que sur les nouveaux métiers qui y correspondent.

En parallèle, le Hackathon « Digital 4 Water » propose à des équipes de chercheurs de développer un projet en lien avec la transformation digitale des métiers et des usages de l’eau, en vue de proposer une solution adéquate pour régler la raréfaction des denrées en eau.

Une solidarité africaine

Charafat Afilal, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, n'a pas manqué de rappeler à l'ouverture du salon que: «malgré la mobilisation de la communauté internationale et les efforts louables consentis par les organismes d’aide au développement et les bailleurs de fonds, plusieurs régions dans le monde et particulièrement en Afrique souffrent encore d’un manque d’accès équitable à l’eau potable».

Selon le secrétaire d'Etat, il est plus indipensable que jamais pour le continent africain de créer des mécanismes d’échanges dynamiques et des principes d’une coopération.

Créer des " eco-régions"

Abdeladim Lhafi, haut commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, a rappelé pour sa part que la situation vis à vis des ressource en eau est plus tendue que jamais. Rappelant que l'Afrique représente 16% de la population mondiale, mais ne possède que 9% des ressources en eau renouvelable, M. Lhafi évoque des solutions radicales.

Pour lui, il serait utile de former des éco-régions ou des éco-zones pour les grandes villes, afin d'inculquer une vision globale du développement durable. Ainsi, ces éco-régions et éco-zones pourraient cerner les potentialités de la zone concernée, insi que ses ressources en eau. L'objectif: mobiliser ces ressources à des niveaux qui contribueront à leur renouvellement.

 

Pour en savoir plus sur le Maroc, découvrez nos vidéos inédites:

 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.