Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEPHOTOS ET VIDÉOSÉCHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Où en est la finance au Moyen Orient ?

par Juli Choquet le
La first Abu Dhabi Bank est la seule banque du Moyen Orient à avoir un siège à Paris. Partenaire de Business France depuis peu, la rédaction a interviewé deux experts de la finance du Moyen Orient : Erwan Chiquello PDG de la First Abu Dhabi Bank et son directeur client David David. Ecomnews Med compare pour vous les PIB des pays de la zone avec l'état de leurs finances.

La zone du Proche et Moyen Orient compte les pays les plus riches du monde. L’Arabie Saoudite par exemple compte le plus gros PIB de la région mais c’est le Qatar qui compte le plus gros PIB par habitant (voir classement ci dessous). Les Emirats Arabes Unis, l’Iran et Israël compte des PIB similaires mais totalement différents par répartition de leur habitants. Pour David David : « La finance dans la zone est relativement complexe au vue du contexte géopolitique de la zone » ce qui explique cette disparité forte.

Vue aérienne de Dubai, Emirats Arabes Unis.

 

De plus la région est marquée par une absence complète d’intégration régionale voir de conflits: « Les Emiraties sont proches des Saoudiens, les Saoudiens sont contre les Iraniens » et ajoutons que le Qatar a été mis l’écart il y a peu par l’Arabie Saoudite. Ces perspectives géopolitiques n’arrangent pas les flux financiers des pays et ce dans un contexte de baisse du prix du pétrole.

Malgré tout, « la majeure partie du Moyen Orient est en bonne santé malgré la baisse du prix du baril de pétrole ». Le directeur client de la First Abu Dhabi Bank précise « Sachez qu’une baisse de 1 dollar sur le prix du baril de pétrole, c’est 1 milliard de moins sur le budget des Emirats Arabes Unis ».

En ce sens, les pays exportateur de pétrole de la zone cherchent à se diversifier notamment dans le domaine des Tech, ou de la Santé. La bonne santé des pays riches du Moyen Orient a des conséquences directes sur les investissements réalisés dans les autres pays comme au Liban, en Jordanie, ou dans l’ensemble du pourtour Méditerranéen. Pour David David « le paysage Méditerranéen se porte plutôt bien ».

PIB / PIB par habitant sur la zone Proche et Moyen Orient comptabilisés pour l’année 2016 :

- Arabie Saoudite : 646, 4 milliards $ / 20 030 $ par habitant

- Iran : 393,4 milliards $ / 4 958 $ par habitant

- Emirats Arabes Unis : 348,7 milliards $ / 37 623 $ par habitant

- Egypte : 336,3 milliards $ / 3 515 $ par habitant

- Israël : 318,7 milliards $ / 37 293 $ par habitant

- Irak : 171,5 milliards $ / 4 610 $ par habitant

- Qatar : 152,5 milliards $ / 50 330 $ par habitant

- Oman : 66,29 milliards $ / 14 982 $ par habitant

- Liban : 47,5 milliards $ / 7 914 $ par habitant

- Jordanie : 38, 6 milliards $ / 4 088 $ par habitant

- Bahreïn : 31,86 milliards $ / 14 982 $ par habitant

- Yémen : 27,3 milliards $ / 990 $ par habitant

- Egypte : 336,3 milliards $ / 3 515 $ par habitant

A lire aussi

0 commentaires SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.