Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
MAROCALGéRIETUNISIEACTUALITÉECONOMIEPHOTOS ET VIDÉOSPOLITIQUEECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Quels types de partenariats lient l’Algérie, le Maroc et la Tunisie avec l’Ile-de-France ?

par Nicolas D'Andreano le
La Présidente de Région Ile-de-France, Valérie Pécresse, est revenue au micro d’Ecomnews Med sur les relations entre sa collectivité et les 3 pays du Maghreb : l’Algérie, le Maroc et la Tunisie.

 « L’Ile-de-France n’avait pas de partenariats avec les pays de la Méditerranée. Je trouvais ça aberrant ! » 

Ce sont les mots lancés en guise d’introduction par Valérie Pécresse, la Présidente de la Région Ile-de-France, au micro d’Ecomnews Med.  

Alger, Casablanca et Tunis signent un accord avec l'Ile-de-France

Depuis, la première Région de France et trois capitales économiques des pays du Maghreb. 

Ainsi, le 14 février dernier, Valérie Pécresse s’était rendue en Tunisie pour entériner un accord de partenariat avec le Grand Tunis. 

La capitale Tunisienne a ainsi pu renforcer son développement économique dans les domaines de l'emploi, le développement durable, les énergies renouvelables mais aussi l'innovation et le numérique et mettre en lumière ses start-ups.

Le 23 Mars, c’est  le 1er réseau d’incubateurs francophones franciliens et africains, baptisé Sprint, pour start-up « vertes et sociales » qui a vu le jour. 

Les villes de CasablancaTunis et Alger sont 3 des 6 villes qui accueillent les incubateurs de ce réseaux. Un projet qui, à terme, sur l’ensemble de ces trois villes, permettra la création d’environ 350 emplois durables, l’accompagnement de 100 startups, la formation de 450 jeunes à l’entrepreneuriat et la sensibilisation de 1 200 jeunes aux nouvelles technologies.

L’île de France veut miser sur la diaspora maghrebine 

De l’autre côté de la Méditerranée, à Paris, Valérie Pécresse a exprimé son désir de se rapprocher sur ces pays « essentiels » au développement. Elle compte donc sur la diaspora francilienne, originaire des pays du Maghreb pour établir ce « pont » entre les deux territoires. 

« Ici, en Île de France, nous avons des gens qui sont investis et qui ont envie d’aider au développement de leurs pays d’origines. Ce sont des ambassadeurs naturels sur lesquels nous devons nous appuyer ! » 

 

 

 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.