Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESEMPLOIPOLITIQUEECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   L'Afrique plante les jalons d'une intégration économique ?

par Kheireddine Batache le
En abritant le sommet international pour la création de la Zone de libre échange continentale (ZELEC), la ville rwandaise de Kigali est devenue le temps d’une journée, la capitale de toute l’Afrique.

carte de l'Afrique sur visage d'enfant

L’avenir de l’Afrique n’est plus un tabou. Fort d’une croissance qui passera bientôt à deux chiffres, le continent noir assume son nouveau statut de locomotive économique de la planète. Le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis la création des deux marchés communs des blocs Est et Ouest, la CEDEAO et la COMESA, les africains se bougent enfin sur le plan institutionnel.

En effet, Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) étaient réunis le 22 mars 2018 à Kigali, au Rwanda, afin de lancer officiellement la nouvelle Zone de libre échange continentale (ZLEC). Cet accord multilatérale s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la Communauté économique africaine, une nouvelle institution relative, entre autres, à la libre circulation des personnes. 

Lancées lors du sommet de l’UA de Johannesburg, en Afrique du Sud, en 2015, les négociations pour l’instauration d’une zone de libre échange n’avaient pas pu aboutir en raison de la non validation du traité d’Abuja, texte qui sert de cadre juridique au projet institutionnel, pour des motifs de calendrier. Qui plus est, l’UA avait inscrit ce projet parmi les actions phares, à mener pour les 5 prochaines décennies, dans le cadre de son Agenda 2063.

Censé garantir une coopération économique intégrée, le projet africain devrait permettre d’améliorer le climat des affaires sur le continent et faciliter les échanges commerciaux. Cet instrument servira également d'amplificateur de la compétitivité entre le nord et le sud . Dès son entrée en vigueur, la ZELEC s'appliquera aux domaines du commerce de marchandises et des services, de l’investissement, ainsi que les droits de propriété intellectuelle et la politique de concurrence. Elle comporte également un volet visant à supprimer les droits de douanes d'ici 10 ans et à unifier certaine normes. 

A noter, que le commerce intra-africain n'absorbe actuellement que 20 % des exportations, quand ce lui de l'Europe et de l'Amérique atteint respectivement 70 % et 50 %.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Mediterranée :

 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.