Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Changement climatique : l'Institut de la Méditerranée met le curseur sur les territoires

par Kheireddine Batache le
Acteurs engagés dans la mise en œuvre du développement durable dans l’espace Euroméditerranéen, l’Institut de Méditerranée, le FEMISE et Energies 2050 collaborent sur les thématiques liées aux questions climatiques, environnementales et énergétiques.

À l’heure où tous les regards se tournent vers la coopération internationale de haut niveau, une nouvelle approche émerge : la responsabilité territoriale. 

Désormais ratifiée par 195 pays, la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) signée à Rio De Janeiro en 1992, se prévaut du caractère multilatéral de la lutte contre le phénomène du Changement Climatique. Renforcée par le protocole de Kyoto (2005), la bible du Climat peine pourtant à trouver parmi ses fidèles, ceux qui seraient à même de pratiquer ses enseignements. 

C’est en partant de ce constat que l’Institut de la Méditerranée (IM) et le Réseau FEMISE, en partenariat avec l’association Energies 2050 et le Département des Bouches-du-Rhône, ont organisé un atelier sur les "Changements climatiques dans une Méditerranée en Transition". 

Une rencontre ayant réuni autour d’une seule et même table, des acteurs du monde scientifique et de la recherche avec des élus locaux et régionaux, pour débattre, sans circonvolutions ni salamalecs, de la responsabilité des Territoires Méditerranéens dans la lutte contre les effets du changement climatiques. 

Workshop Climat

De gauche à droite, les élus départementaux Bruno Genazana, Patrick Boré (Bôuches-du-Rhône), Constantin Tsakas (Institut de la Méditerranée) et Stéphane Pouffary (ENERGIES2050), lors du point presse donné en marge de l'Atelier sur le changement climatique en Méditerranée. 

À la fois réquisitoire et plaidoyer, l’évènement aura surtout été un " coup de gueule " contre les blocages politiques et les mille-feuilles administratifs, d’autant plus que cette problématique ne date pas d’hier. 

En effet, tous les intervenants convergent sur urgence d'agir autrement, car petit à petit, le changement climatique en Méditerranée fait son nid : réchauffement de la planète, la baisse de la pluviométrie, progression des émissions de gaz a effet de serre, sécheresse, désertification, recul de la biodiversité, mais aussi migrations en masse.

Par ailleurs, les dysfonctionnements issus du manque d’intégration régionale et l’hétérogénéité des leviers de l’action climatique Méditerranéenne, minent le terrain de la coopération Nord-Sud, notamment au niveau de l’aide au développement de pays du sud, notamment sur le plan juridique. 

Un tableau trop noir selon les experts réunis pour l'occasion à l’Hôtel du Département, à Marseille, qui continuent de croire en une solution commune : " La solution ne peut être que globale. " déclare Costantin Tsakas, Délégué Général de l’IM. 

" Il faudrait arriver à juxtaposer l’idée de l’innovation et celle du développement local en matière d’environnement. Cela doit être l’apanage des territoires. " Stéphane Pouffary. 

Changement Climat

Considérée comme un outil efficace d’aide au développement inclusif, l’innovation a fait l’objet d’un consensus au sein de la communauté scientifique. Malheureusement, cette approche ne fait pas toujours l’unanimité chez les donneurs d’ordre et les politiques. 

Pourtant, c'est bien par ce chemin-là que passera le "changement" si l'on croit la synthèse faite par Energies 2050 à ce sujet : " Alliée au numérique, une innovation localisée, globalisée, mais surtout humanisée permettra un développement économique horizontal en Méditerranée. C'est vital pour les régions du sud."

Intervenu en marge de la session dédiée à la question des engagements territoriaux, le fondateur et Directeur Général d’Energies 2050, Stéphane Pouffary ne mâche pas ces mots lorsqu'il s’agit de parler d’engagement : " Les accords étatiques seront surveillés de près par la communauté internationale." Et d’ajouter " la Méditerranée a une valeur ajoutée, c’est celle de la vision intégrée ".

Plutôt visionnaire, ce spécialiste des thématiques associées au développement durable a tenu à mettre en avant le caractère transversal de la lutte contre les changements climatiques. 

En 2017, les trois partenaires ont été invités à défendre leur position via la présentation d’un rapport sur les enjeux climatiques en Méditerranée, mettant en perspective les réalités économiques des pays de la rive Sud, lors de la COP 23 de Bonn, en Allemagne.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Méditerranée :

 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.