Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
MAROCALGéRIETUNISIEÉGYPTELIBANACTUALITÉECONOMIEECHANGES MÉDITERRANÉENS

///   Un souffle nouveau pour le Protocole d'Agadir

par Yoann Hervey le
Les quatre ministres du Commerce membres du « protocole d’Agadir » (Maroc, Jordanie, Égypte et Tunisie) ont signé cinq protocoles d’accords et deux mémorandum d’entente pour promouvoir la coopération dans divers domaines le 3 avril au Caire.

Ces cinq accords ratifiés au Caire dimanche dernier portent notamment sur :

  • La lutte contre le dumping ;
  • Le règlement des litiges ;
  • La protection de la propriété industrielle ;
  • L’échange d’expertises ;
  • La promotion de la coopération.

En ce qui concerne les deux mémorandums d’entente :

  • Le premier vise à favoriser la coopération entre les pays membres – Maroc, Jordanie, Égypte, Tunisie – en matière de mise en application des politiques dans le domaine de la concurrence. Objectif : faire émerger une synergie commune aux quatre pays membres.
  • Le second, quant à lui, est relatif au développement de la propriété industrielle et entend mettre en place des mécanismes de coopération et de concertation permanente.

L’ensemble des ministres du Commerce présents ont, selon Tarek Qabil, ministre égyptien du Commerce et de l’Industrie, donné leur aval à l’adhésion du Liban et de la Palestine à l’Accord d’Agadir sur le libre-échange arabo-méditerranéen.

890 millions de dollars d’échanges commerciaux

En 2015, le total des échanges commerciaux entre le Royaume chérifien et les Etats membres de l’« Accord d’Agadir » s’est élevé à 890 millions de dollars, une hausse significative par rapport à 2007 puisque ces mêmes échanges n’étaient que de 690 millions de dollars.

Le Maroc aspire aujourd’hui à intensifier ces échanges et à rehausser le niveau de cette coopération. Dans le cadre de l’ouverture de sa politique économique, le Royaume de Mohammed VI a récemment développé un système juridique encadrant ses échanges commerciaux avec les membres de cet accord protocolaire.

Six ans d’interruption

Cette réunion intervient après une mise en suspens qui aura duré six années. Pour rappel, la dernière réunion avait eu lieu à Rabat en 2010.

A lire également :

Algérie et Tunisie coopérent davantage pour leurs secteurs du numérique

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.