Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESEMPLOICULTURE SPORTPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   Le renouveau de la Palestine à travers ses femmes cheffes de start-ups.


par Rédaction Ecomnews Med le
Les femmes palestiniennes se lancent en nombre dans l'entreprenariat grâce au programme d’incubateurs d’entreprises (Business Start-up Incubators Program – BSIS) de l’Union européenne.

Les tendances changent en Palestine : les femmes sont dorénavant plus nombreuses que les hommes à obtenir leur diplôme d’études secondaires et universitaires. Néanmoins, les tendances concernant la participation des femmes à la population active n’ont pas évolué. Les femmes continuent d’être confrontées à des problèmes lorsqu’elles entrent sur le marché du travail, leur salaire est inférieur à celui des hommes qui occupent des postes similaires, et très peu de femmes accèdent aux postes de direction. 


Grâce au BSIS, plus de 40 organisations de femmes et de jeunes ont été approchées, ce qui a permis d’attirer un grand nombre de femmes entrepreneures dans le programme. 241 start-ups pour 20 % de femmes entrepreneurs

La technologie palestinienne se développe à grande vitesse. En effet, les territoires palestiniens sont en avance sur les écosystèmes technologiques de Beyrouth (19 %), New-York (12 %) et Singapour (10 %). Un autre exemple, l’obtention d’un crédit en Cisjordanie et dans la bande de Gaza est deux fois plus rapide qu’à Beyrouth et six fois plus rapide qu’à Dar es Salaam, en Tanzanie.


Le rapport a également noté qu’il existe 20 programmes accélérateurs en Cisjordanie et à Gaza, dont un grand nombre a obtenu un soutien international, comme c’est le cas de Gaza Sky Geeks à Gaza City.

L'occupation comme frein au développement

L’économie palestinienne souffre de l’occupation israélienne. Israël ne laisse que peu de place aux Palestiniens pour développer leur économie en dehors de leur contrôle. Par exemple, l'autorité palestinienne contrôle moins de 40 % de la Cisjordanie, laissant peu de territoire à l’agriculture et à l’industrie. Pendant ce temps, Israël contrôle toutes les exportations et les importations, impose un blocus sur la bande de Gaza et applique un régime de restrictions importantes à la circulation en Cisjordanie.

D’ici 2019, BSIS, (qui soutient déjà cinq incubateurs régionaux à Ramallah, Hébron, Bethléem, Jérusalem et Gaza ndlr) souhaite aider 120 de ces start-ups. Les Palestiniennes représenteront une part importante de ce nombre. 

 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.