Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESEMPLOIPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   L’oignon se vend à prix d’or en Turquie

par Rédaction Ecomnews Med le
La crise monétaire qui frappe la Turquie depuis quelques mois s’est logiquement matérialisée par une inflation galopante et, par ricochet, la baisse du pouvoir d’achat de la population. Après le carburant, ce sont les légumes qui voient leurs prix exploser au grand désarroi des Turques. Ecomnews Med revient sur l’augmentation du prix de l’oignon, symbole phare de la hausse générale des prix.

En un an (octobre 2017 – octobre 2018), le prix de l’oignon a augmenté de 543%, selon les chiffres fournis par l’Institut turc des statistiques, en conséquence de l’inflation galopante que connaît le pays depuis quelques mois. Le prix du kilo a donc été multiplié par cinq jusqu’à atteindre 10 livres turques (environ 1,63 euros) en un temps record. Mais l’oignon n’est pas le seul produit concerné par cette tendance haussière. Les prix de la pomme de terre et du lait connaissent également une belle flambée.

L’inflation a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux dans un pays où les manifestations contre le gouvernement sont souvent réprimées. Le ministère de l’économie et des finances a dépêché des inspecteurs dans les entrepôts agricoles pour saisir les stocks d’oignons qu’il estime « être à la source de l’augmentation des prix ». De leur côté, les agriculteurs assurent que le problème vient d’une mauvaise récolte saisonnière « à cause d’un virus ».

Les oignons : une véritable affaire d’Etat

Réélu en juin 2018, Recep Tayyip Erdogan fait face à la première crise sociale de ce nouveau mandat. Dans un contexte marqué par une tension diplomatique qui ne faiblit pas avec les Etats-Unis, l’affaire Kashoggi, le dévissage de la livre turque, l’inflation ainsi que la baisse du pouvoir d’achat de la population, le nouveau gouvernement turque devrait connaître une fin d’année compliquée alors même que la présidence a du mal à retrouver ses bons repères. Affaire à suivre !

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.