Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESEMPLOICULTURE SPORTPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   La Coupe d'Afrique des Tensions

par Sami Bouzid le
L’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 a été attribué à l’Égypte, le 8 janvier dernier, au détriment de l’Afrique du Sud, et suite au défaut du Cameroun. La volonté d'Al Sissi, l'influence du Caire dans l'Afrique du football ont eu raison des Bafanas-Bafanas sous fond de revanche.

Nacer en 1959, Anouar el Sadate en 1974, Hosni Moubarak en 2006 et il y aura maintenant Al Sissi en 2019. L’attribution de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations au pays des Pharaons ne doit rien au hasard. Si la compétition était promise dans un premier temps au Cameroun, les retards dans les travaux ont obligé la Confédération Africaine de Football (CAF) a relancer un appel à candidats d’urgence.

Une aubaine pour le Caire à la recherche d’une nouvelle image après les évènements qui ont ébranlé le pays depuis 2011 et la chute spectaculaire du nombre de touristes que cela a engendré ( 15 millions de visiteurs en 2010 contre 8 millions en 2017). Mais c’est avant tout une démonstration de force que le gouvernement égyptien veut s’offrir, une parade continentale pour la plus grande satisfaction de l’armée au pouvoir. 

Pour arriver à ses fins la fédération égyptienne n’a pas bataillé longtemps face au ténor continental dans l’organisation d’évènements sportifs d’envergure qu’est l’Afrique du Sud.

Le vote du comité exécutif réuni à Dakar a été unanime, 16 voix pour l’Égypte contre 1 pour l’Afrique du Sud , pourtant les deux candidatures étaient très proches sur un plan technique. L'Égypte dispose de plusieurs stades ( dont deux au Caire de plus de 65.000 places) et des structures hôtelières pour accueillir les visiteurs. L'Afrique du Sud dispose également d'infrastructures construites pour la Coupe du monde 2010 , mais de peu de soutiens au sein de la CAF.

Dès la sortie du vote le président par intérim de la fédération sud africaine Russel Paul a dénoncé «  une décision politique » . Ce dernier met notamment en cause le processus d’attribution « Une délégation (sud-africaine) s'était préparée pour une présentation mercredi quand nous avons découvert que les Égyptiens étaient déjà sur place depuis un moment pour plaider leur cause ». 

Il faut dire que le Caire dispose de nombreux soutiens au sein de la CAF à commencer par son Président , le malgache Ahmad Ahmad.   

La revanche des Pharaons et de la CAF

L’ombre de l’attribution de la coupe du monde 2010 et 2026 plane sur cette désignation. L’Égypte n’avait pas digéré sa défaite face à l’Afrique du Sud ( et le Maroc) dans l’organisation de la première coupe du monde en Afrique. A l’époque, la candidature égyptienne n’avait reçu aucune voix du comité exécutif de la FIFA, alors que les Sud-Africains avaient reçu le soutien de 16 nations ( le Maroc 10 ).

Une décision que l’ex ministre des Sports égyptien Aley Eddine Helal avait jugé « corrompu » , accusant notamment le vice-président de la FIFA de l’époque Jack Warner « d’avoir demandé 7 millions de dollars de pots de vins ». Une enquête préliminaire a par ailleurs été ouverte par les États-Unis mettant en cause Jack Warner et la fédération Sud-Africaine pour corruption.  

Il y a quelques mois c’est une autre affaire qui secouait l’Afrique du football. L’Afrique du Sud ayant choisi de donner sa voix pour l’organisation du Mondial 2026 à la candidature tripartite Canada-USA-Mexique au détriment du Maroc. Une décision regrettée par la CAF et que Rabat, déjà en froid avec Pretoria sur le dossier du Sahara occidental, a voulu faire payer au pays des Bafanas Bafanas. Côté football ? La compétition commencera le 7 juin . 

 

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.