Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIECULTURE SPORTPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   En Afrique du Nord, les stades comme terrain d'expression de la colère

par Sami Bouzid le
Du Raja Casablanca au Maroc en passant par les gradins du Chabab Ribahi Belouizdad en Algérie à Al-Ahly en Egypte, les enceintes de foot se font de plus en plus les échos de la colère populaire. Retour sur un phénomène qui touche les stades des pays d'Afrique du Nord.

« A qui pourrais-je me plaindre ? , dans ce pays on vit dans un nuage sombre , on ne demande que la paix sociale » ces mots sont les paroles très éloquentes d'un chant des supporters du Raja Casablanca au Maroc. La mélodie est née à la suite de plusieurs arrestations de membres issus du rang des Eagles de Casablanca, un groupe d'ultras du club local. Des paroles aux allures de discours politique dans un pays où la liberté de manifester est encore largement bafouée « au Maroc, ce n’est pas évident de protester dans les rues. Il y a une peur qui est historique, donc les jeunes évitent de protester dans les rues. Ce type de contestations dans les stades, selon moi, c’est pour éviter les arrestations » rapportait à nos confrères de 20 minutes Samir, un ancien membre des ultras Green Boys de Casablanca.

Un type de contestation qui s'exporte partout en Afrique du Nord où les groupes d'ultras font leur apparition seulement au début des années 2000. Ainsi, à deux mois de l'élection présidentielle en Algérie, plusieurs manifestations spontanées de supporters ont surpris le pouvoir.

Les ultras du CRB aux cris de «Bouteflika le Marocain (le président algérien est né à Oujda au Maroc en 1937), non au cinquième mandat» , ceux de Biskra avec une banderole « Pour honorer un mort, il faut l'enterrer, pas l'élire» , ou encore « Bouteflika paix à ton âme » au stade Hamadi à Alger , les supporters algériens ont fait part de leur désapprobation d'un cinquième mandat du président malade de 81 ans. Alors que le football en Afrique a souvent été utilisé par le pouvoir pour manipuler les masses , les groupes d'ultras qui se présentent souvent comme apolitiques se font de plus en plus l'écho des colères et défendent aujourd'hui « un point de vue sur la société et sur leur situation socio-économique» explique à Yabiladi Abderrahim Bourkia, sociologue spécialiste de la violence dans les stades.

Les nouveaux révolutionnaires

« Le foot est une guerre qui répond à nos objectifs. L’Egypte doit être fière de vous, nous devons lui offrir vie et sang » la phrase prononcée par Hosni Moubarak en 1984 reflète l'importance sociale du football dans le pays. Moubarak s'en servira jusqu'à ce qu'elle se retourne contre lui. A l'aube de la révolution qui mènera à sa chute les pages Facebook des deux grands groupes ultras cairotes annoncent que leurs membres sont libres de rejoindre les cortèges de manifestants. Dans les faits , les ultras sont nombreux et la présence de ces derniers est déterminante. 

Ils sont les seuls organisés dans un pays où la liberté de réunion est bafouée, les seuls à s'autofinancer et surtout les seuls à savoir les comportements à adopter dans une situation d'émeute. En réalité comme le note un leader ultra dans une interview pour Al Jazeera « Les deux plus grands partis politiques d'Egypte, ce sont Al-Ahly et Zamalek ». Mais le drame de Port Saïd, au cours duquel un affrontement entre les ultras des locaux d'Al-Masry et ceux d'Al Ahly fera 74 morts, va largement traumatiser les supporters qui vont délaisser le terrain politique. D'autant que sous la nouvelle dictature d'Al Sissi, la prison et les disparitions sont monnaie courante.

En guise de clin d'oeil à un président élu après un coup d'état par 97% des suffrages, et réélu l'an dernier avec le même score, les Egyptiens ont donné près d'un million de voix ( soit 5% des suffrages) à la star de Liverpool Mohamed Salah. En juin de cette année, le pays devrait accueillir la Coupe d'Afrique des Nations, un moment qui verra peut être les colères ressurgir. 

 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.