Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEPOLITIQUEECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Méditerranée : Les femmes au ban du pouvoir

par Sami Bouzid le
Alors que la population des pays riverains de la Méditerranée avoisine les 502 millions de personnes, les représentations nationales (Assemblées et Sénats) des 22 pays restent largement dominées par la gente masculine. Ecomnews Med vous propose de poser un œil sur une inégalité fondamentale entre les hommes et les femmes.

Une mer d'hommes et de femmes dirigée principalement par des hommes. Voila le constat qui ressort de notre analyse sur les représentations nationales en Méditerranée. Ainsi sur un total de 8290 élus, seulement 2067 sont des femmes ce qui équivaut à 25% du total. Si on observe de larges disparités entre les pays, avec par exemple 144 femmes sur 350 députés en Espagne ( soit 41% pour le meilleur élève en la matière ) et seulement 6 sur 128 ( soit 4,7% pour le pire élève) au Liban , il n'est pas un seul pays méditerranéen qui soit exemplaire en la matière. Pire encore, selon les chiffres de l'Union Interparlementaire (organisation internationale des parlements) , il y a dans le monde seulement 3 pays sur 193 où la proportion des femmes dans les assemblées est supérieure à celle des hommes ( Rwanda, Cuba et Bolivie ).

Outre les assemblées, on peut pousser le constat plus loin en jetant un œil sur les dirigeants des 22 pays riverains de la Méditerranée. Le constat ? Accrochez-vous , sur 22 dirigeants il y a seulement 3 femmes en responsabilité. Si on combine ce chiffre en additionnant les Premiers ministre et les Présidents (ou Rois) , il y a 4 femmes au total sur 43 dirigeants.

 

L'exemple du harcèlement sexuel

Il n'est pas anormal de constater des inégalités entre les deux sexes, car les hommes en responsabilité ont nécessairement plus de mal à comprendre les problématiques que vivent les femmes et donc à agir en conséquence.

Les mentalités et la culture du sexisme ordinaire restent largement responsables des inégalités , un exemple frappant est celui d'Amal Fathi en Egypte. La jeune mère de famille de 34 ans avait osé dénoncer le harcèlement sexuel dans le pays en 2018, résultat ? Deux ans de prison. Pour rappel, selon une étude de l'ONU publiée en 2017, quelques 60% des femmes ont été victimes de harcèlement en Egypte, où elles sont confrontées aux remarques obscènes voire aux attouchements.

Une situation dont le gouvernement égyptien, composé essentiellement d'hommes et dont l'Assemblée ne compte que 25 femmes sur 168, ne semble guère s'émouvoir. Un pays d'hommes et de femmes dirigé par des hommes. 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.