Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Libye : La production de pétrole progresse !

par Denys Bédarride le
Les revenus de la National Oil Corporation (NOC) ont baissé de 21% en février 2019 par rapport au mois précédent, à 1,26 Md USD, alors que dans le même temps, la production de pétrole en Libye a progressé de +2,6% selon l’OPEP. La Brega Oil Marketing Company annonce d’ailleurs la fin de la crise pétrolière dans le sud du pays.

 

Les revenus de la National Oil Corporation (NOC) incluent les ventes de pétrole brut et de dérivés ainsi que les taxes et royalties issues des concessions. La chute des revenus de la NOC de 21% en février 2019 en glissement mensuel est notamment expliquée par les mauvaises conditions météorologiques, qui ont rendu difficiles les exportations par le port d'Es Sider, ainsi que par des interruptions de production dues à des milices. 

La production de pétrole en Libye en février 2019 a pourtant légèrement augmenté selon l’OPEP, par rapport à janvier 2019 (+2,6%). La reprise du site de Sharara devrait toutefois permettre aux revenus pétroliers de rebondir fortement en mars.

Dans ce contexte, les exigences de hausse de 67% des salaires des ouvriers du secteur pétrolier sont soutenues par la NOC, à condition qu’elles ne portent pas atteinte à la production. Cette mesure est déjà incluse dans son budget 2019 mais les fonds n'ont pas été débloqués par le Gouvernement d'Entente Nationale. Ces augmentations avaient pourtant été décidées dès 2013 par décret du Conseil des ministres.

La Brega Oil Marketing Company annonce la fin de la crise pétrolière dans le sud du pays.

En fin de semaine dernière, 2,8 millions de litres d'essence, 200 000 litres de diesel, et 40 tonnes de gaz liquéfié ont été livrés dans les différentes villes du Sud par convois. Le carburant a pu être vendu au prix officiel mais le risque de recel au marché noir demeure important. Le président de la NOC compte d’ailleurs sur les partenaires étrangers pour répondre aux besoins de maintenance des sites pétroliers, qui se sont fait sentir pendant la crise d’approvisionnement du Sud. 

Si la production pétrolière est remontée à 1,2 M b/j, elle n'est qu'aux deux tiers de son niveau pré-2011. Pour l’accroître encore, d'importantes maintenances, réparations d'infrastructures endommagées par le conflit et nouvelles installations sont nécessaires. Mustapha Sanalla, président de la NOC, ne s'attend pas à ce que tous les fonds proviennent du gouvernement et anticipe des investissements étrangers, notamment d'Eni, de Total, de Repsol et d'OMV AG. 

Source : Service Economique Régional Tunisie / Libye – Ambassade de France en Tunisie

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.