Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESEMPLOI

///   Méditerranée : Heetch poursuit son expansion

par Rédaction Ecomnews Med le
Profitant de l'absence d'Uber dans les principaux pays francophones d'Afrique, Heetch lève des fonds pour mettre la main sur le secteur africain du VTC.

La startup parisienne Heetch, qui réalise l’essentiel de son volume d’affaires en France, en Belgique et au Maroc, vient d’annoncer une levée de fonds d’un montant de 34 millions d’euros. Fondée en 2013 par Teddy Pellerin et Jacob Matthieu, la firme était à l’origine un centre d’appel visant à relier ses usagers à des conducteurs du même âge, afin de leur offrir « un service de communication entre amis ». La jeune pousse a récemment modifié son offre et se tourne désormais vers les chauffeurs professionnels pour devenir la première plate-forme de covoiturage sur les marchés francophones.

Profiter de l’absence d’Uber dans les pays d’Afrique francophone

Présente dans neuf villes françaises dont Paris, Lyon, Nice et Lille, Heetch a fait appel à ses alliés traditionnels pour ce nouvel investissement : Idinvest Partners, Innov'Allianz, Alven, Felix Capital et Via-ID. L'objectif ici est de développer l'activité du groupe en Afrique francophone, notamment dans les pays du Maghreb, en profitant de l'absence de son principal concurrent Uber. Pour poursuivre son aventure africaine, le groupe souhaite s'associer à des acteurs locaux du transport, comme c'est le cas au Maroc. En effet, c'est en étroite collaboration avec l'union nationale des taxis marocains que la startup a conquis les marchés de Rabat et Casablanca. Les villes de Marrakech, Agadir et Tanger devraient suivre dans la 2e moitié de l’année 2019.

On apprend ainsi qu'en quelques mois, les 4 000 chauffeurs inscrits ont effectué pas moins de 600 000 déplacements, ce qui devrait conduire la filiale marocaine à clôturer l'exercice 2019 avec près de 120 millions d'euros de CA, comme l'indique Patrick Pedersen, Directeur Général pour la région Afrique.

La concurrence de Careem sur le marché marocain serait déloyale, selon Heetch

La suprématie de Heetch sur le secteur du VTC africain et maghrébin en particulier ne se fera pas sans difficultés, comme le montre la plainte déposée par l'entreprise en avril dernier devant le Conseil marocain de la concurrence contre son rival direct Careem, qui vient d'être racheté par Uber, pour la somme de 2,7 millions de dollars.

À l'appui de ses accusations, la startup française a présenté une série de violations de la loi pratiquées par le mastodonte émirati. Selon Heetch, son concurrent « viole les règles du transport » et « rend précaires quelque 90 000 chauffeurs de taxi ». Ne souhaitant guère voir se renouveler le conflit entre les taxis casablancais et Uber, le puissant syndicat « UMT » s'est rangé du côté de Heetch. À cet égard, Sadik Boujaera, Secrétaire général adjoint de l'Union Nationale des Taxis, a déclaré que son organisation « soutenait cette saisie » et que le droit marocain « doit être appliqué à tous ».

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.