Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEPHOTOS ET VIDÉOSECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Comment le CIHEAM fait face aux grands défis agricoles en Méditerranée ?

par Fiona Urbain le
Ecomnews Med a pu rencontrer Mohammed Sadiki, le nouveau Président du CIHEAM (Centre International de Hautes Études Agronomiques Méditerranéennes) en visite à l’IAM de Montpellier (Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier). Formation, recherche, réchauffement climatique… Quels sont les grands enjeux du CIHEAM ?

Mohammed Sadiki, Secrétaire Général du ministère marocain de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a été élu, en décembre dernier, Président du CIHEAM (Centre International de Hautes Études Agronomiques Méditerranéennes). Ce professeur marocain connait bien le CIHEAM puisqu’il a longtemps été délégué du Maroc à son Conseil d’Administration. 

Créé en 1962, le CIHEAM est une organisation intergouvernementale méditerranéenne dédiée à l'agriculture durable, la sécurité alimentaire et nutritionnelle et au développement des territoires ruraux et côtiers.

Composé de treize Etats membres (Albanie, Algérie, Égypte, Espagne, France, Grèce, Italie, Liban, Malte, Maroc, Portugal, Tunisie et Turquie), le CIHEAM opère à travers ses 4 Instituts (IAM) basés à Bari (Italie), Chania (Grèce), Montpellier (France) et Saragosse (Espagne) et possède un Secrétariat général à Paris.

Mohammed Sadiki

Mohammed Sadiki a entamé une visite de tous les instituts IAM : « La meilleure façon pour comprendre leurs problèmes, leurs difficultés, c’est d’écouter les directeurs mais aussi les enseignants et le staff. Toute mon approche est de remonter les sujets importants au niveau du Conseil d’Administration qui est une entité politique, stratégique ».

Selon son Président, le CIHEAM est l’une des entités méditerranéennes qui a duré dans le temps, « avec une capacité de résilience et qui a toujours su s’adapter aux changements ».

« Aujourd’hui, nous sommes confrontés à de grandes questions internationales sur le plan économique, alimentaire, mais aussi sur le plan environnemental et du réchauffement climatique ».

« La formation des femmes et des hommes est primordiale pour affronter ces grandes problématiques » explique Mohammed Sadiki. « La formation initiale bien sûr, mais aussi la formation continue des cadres en place qui font la politique de ces pays pour pouvoir apporter des mises à jour et harmoniser les démarches ».

Sur le plan de la recherche et de l’innovation, le CIHEAM offre une plateforme importante et diversifiée à travers ses réseaux très actifs et très dynamiques. Le CIHEAM favorise la coopération et l’assistance technique entre pays, ainsi que le dialogue politique multilatéral.

 

 

 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.