Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESEMPLOIPOLITIQUE

///   De « la Trilatérale » à « La Verticale » ? Tribune de Jean-Louis Guigou

par Rédaction Ecomnews Med le
Née en 1973, la Commission trilatérale, à l'image du groupe Bilderberg, regroupe en son sein entre 300 et 400 personnalités des plus influentes de la planète. A l'aube de son assemblée générale, qui se tient à Paris le 14 juin, Jean Louis Guigou président de l'Institut IPEMED livre son opinion sur ce groupe et ses ambitions pour la Méditerranée et la construction de ce qu'il appelle la "Verticale Afrique-Méditerranée-Europe".

TRIBUNE - Le 14 juin se réunira à Paris, l’assemblée générale des membres de la commission Unilatérale (Parfois abrégée en Trilatérale). Cette Trilatérale existe depuis 1973. C’est un organe privé et influent, regroupant 300 à 400 personnalités de premier plan, à la fois hommes et femmes, politiques, Chefs d’entreprises, intellectuels, issus de trois zones géographiques (Amérique du Nord, Europe et Asie). La Trilatérale a vocation à construire une coopération politique et économique entre ces trois zones du Nord et à porter la doctrine de la mondialisation et du libéralisme.

Pour un groupe de femmes et d’hommes, politiques intellectuels et entrepreneurs d’Afrique, des pays méditerranéens et d’Europe, le moment est venu de créer un organe privé/public de concertation et d’influence Nord-sud. Tel est le projet de La fondation Verticale Afrique-Méditerranée-Europe (AME).

Le contexte des années 70 et celui de 2016 sont radicalement différents. Quand, en 1973, David Rockefeller, crée la Trilatérale, le capitalisme et la mondialisation étaient menacés par le communisme et par les tiers-mondistes.  Pire, les démocrates n’apparaissaient plus en mesure de maîtriser les mouvements de contestation contre l’économie libérale de marché (mai 1968). Pour faire face à ces attaques, David Rockefeller, prônait alors le regroupement et la concertation des élites politiques et économiques pour parler d’une seule voix et porter leurs intérêts.

Mais, depuis la chute du mur de Berlin, le monde est devenu multipolaire. De grandes régions économiques intercontinentales se sont constituées associant des pays du Nord développés et vieillissants (USA, Chine et Japon) à « leur » Sud jeune et émergeant.

L’Europe a pris du retard vis-à-vis de « son » Sud, prisonnière de sa métamorphose interne perpétuelle. Il lui faut donc maintenant rattraper son retard et mettre le « cap au Sud », avec un autre prisme d’analyse que celui porté par La Trilatérale.

En effet, les objectifs, affichés, en 1973 par la Trilatérale ont été sérieusement ébranlés avec la crise de 2008 et la montée en puissance des pays émergeants. Le triptyque initial de la Trilatérale est bien connu : conforter la foi, du plus grand nombre des élites, dans les vertus de la mondialisation et du néo-libéralisme ; défendre les intérêts des firmes multinationales ; « éclairer » par ses analyses les décisions des dirigeants politiques.

« La Verticale » sera le creuset économique et politique de l’intégration des économies africaine et européenne

« La Verticale » Afrique-Méditerranée-Europe privilégie d’autres fondements idéologiques et un autre prisme d’analyse : la coproduction et le partenariat prévalent sur les seuls échanges commerciaux ; l’intérêt général et le long terme prévalent sur une logique de profits immédiats ; l’inclusion et le développement durable sont privilégiés par rapport à une simple exploitation des matières premières et de moindre coût du travail ; la volonté d’équilibrer les rapports économiques et politiques Nord/Sud est affirmée

Les moyens mis au service de la Trilatérale et de La Verticale AME sont et seront très différents eux aussi. La Trilatérale est un club fermé, qui regroupe environ 400 membres répartis dans trois ensembles : le groupe européen, le groupe nord-américain et le groupe asiatique dominé par le Japon. Des experts très compétents et idéologiquement engagés sont mobilisés, des notes et les rapports sont débattus, amendés, filtrés pour être enfin publiés dans la revue Trialogue. L’influence de cette revue reflète l’influence des pays riches du Nord. Elle demeure réelle même si en comparaison le forum de Davos, qui défend sensiblement les mêmes idées, est plus ouvert sur le monde en général et médiatisé.

« La Verticale » est une fondation internationale de droit belge en cours de constitution associant à parité les meilleurs économistes et experts d’Afrique, de Méditerranée et d’Europe. L’objectivité et la rigueur scientifique prévaudront sur les idéologies et les postures partisanes. « La Verticale » sera le creuset économique et politique de l’intégration des économies africaine et européenne.

« La Verticale » se fera l’écho de la transformation des mentalités en cours : « les Européens passant de l’esprit de conquête à l’esprit de partage », selon la belle formule de Constant Nemale et les Africains de la résignation à l’indépendance des mentalités.

Au total, le XXI siècle verra cohabiter la Trilatérale et Davos défendant la Mondialisation, tandis que d’autres organes privés/publics défendront eux la Régionalisation, l’intégration Nord/Sud telle la fondation la CEPALC pour les Amériques, l’ERIA par les pays asiatiques et la fondation « La Verticale » pour l’espace Afrique-Méditerranée-Europe. (AME)

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.