Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   La Libye augmente de 22% sa production de pétrole

par Denys Bédarride le
Selon l’OPEP, la production pétrolière libyenne en mai 2019 a augmenté de +22% en glissement annuel et est restée quasiment stable par rapport au mois précédent.

La production libyenne de pétrole en mai 2019 a légèrement diminué en glissement mensuel à -0,25% selon les données de l’OPEP, à 1,174 million de barils par jour (b/j).

En glissement annuel (g.a), elle est toutefois en hausse de +22%. In fine, la production de pétrole cumulée sur la période janvier-mai 2019 est en hausse de +6,7% par rapport à la même période en 2018. La production importante de pétrole durant les mois de mars, avril et mai 2019 ont compensé la fermeture du site de Sharara au début de l’année 2019.

Par ailleurs, la National Oil Corporation (NOC) a annoncé relancer le second complexe industriel du site pétrolier de Sarir (Nord-Est), augmentant à terme la production de 60 000 b/j. Le complexe était hors service depuis mai 2019, en raison de problèmes techniques. La production actuelle du champ est de 155 000 b/j.

Enfin, le Président de la National Oil Corporation (NOC), M. Mustafa Sanallah, a accusé les autorités de l’Est libyen de vendre illégalement du pétrole à des sociétés basées en Egypte et aux Emirats arabes unies, à prix réduit (55 USD le baril, soit un taux plus faible que le Brent, à 61,03 USD le baril au 13 juin 2019).

Dans une interview au Times, M. Sanallah a mis en garde contre le risque d’un secteur pétrolier divisé, affirmant que si la production et les exportations sortaient du contrôle de la NOC, les affrontements seraient pérennisés et le pétrole servirait à financer la guerre.

L’embargo sur les ventes d’armes en Libye pour une année supplémentaire est maintenu

En parallèle 10 juin 2019, le Conseil de sécurité de l’ONU a maintenu l’embargo pour une année supplémentaire et l’a étendu, autorisant l’inspection des navires suspectés d’approvisionner la Libye en armes. Les quinze membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont pris cette décision à l'unanimité.

Selon les représentants de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, une suspension de l’embargo aurait prolongé la guerre et empêché les efforts autour d’une solution politique menée par l’ONU.

Certains Etats ont exprimé leur regret de voir cet embargo non respecté, alors même que le Secrétaire général de l’ONU presse les gouvernements de réellement appliquer la résolution.

Source : Service Economique Régional Tunisie / Libye – Ambassade de France en Tunisie 

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.