Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   Turquie : démonstration de force de l’opposition qui remporte (encore) les élections municipales d’Istanbul

par Rédaction Ecomnews Med le
L’opposition sociale-démocrate turque a conquis dimanche 23 juin la mairie d’Istanbul, mettant ainsi fin à 25 ans de gouvernance des partis dits « islamistes », initiée par l’actuel président du pays, Recep Tayyip Erdogan. Un résultat qui vient confirmer le premier scurtin du mois de mars annulé par la commission électorale.

Manifestement, l’annulation du scrutin du 31 mars a été un mal pour un bien pour l’opposition dont le candidat, Ekrem Imamoglu, s’est offert une deuxième victoire avec une plus grande marge. 

Le candidat du Parti Républicain du Peuple (CHP), Ekrem Imamoglu, s’est donc imposé lors de cette répétition électorale face à son rival, l’ex premier ministre Binali Yildirim, avec 54% de votes. Le candidat du parti islamiste Justice et Développement (AKP) et bras droit d’Erdogan n’a réussi à convaincre que 45,1% des stambouliotes. Un nouveau revers qui n’a pas empêché le perdant de reconnaître sa défaite et de féliciter son adversaire politique. Le président turc, qui avait qualifié Imamoglu pendant la campagne électorale de « menteur » et d’« agent étranger », a félicité à son tour le nouveau maire élu.

« Je souhaite que les résultats des élections municipales répétées apportent du bonheur à notre Istanbul. La volonté populaire s’est manifestée encore une fois. Je félicite Ekrem Imamoglu, le candidat gagnant selon des résultats non officiels », a notamment tweeté le président turc.

L’opposition, une montée en puissance significative

Imamoglu a pu finalement occuper son siège à la mairie de la plus grande ville turque, 18 jours après avoir vu sa (première) victoire invalidée. La connotation rassurante de sa deuxième campagne, sobrement intitulée « Tout ira bien », a visiblement séduit l’électorat. Si le taux de participation est resté inchangé (84%), l’écart entre les deux candidats a été multiplié par 53 !

En effet, le maire élu a devancé son adversaire de plus de 750 000 voix, contre moins de 14 000 lors du scrutin invalidé.

Ce politicien de 49 ans et ancien maire de Beylikduzu, un district de la périphérie occidentale d’Istanbul, n’a jamais été aussi médiatisé. Aujourd’hui, avec une double victoire « historique » à son actif, certains le voient déjà briguer un mandat présidentiel dans les prochaines années.

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.