Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   Turquie : Washington exclut le pays du programme d’avions de chasse F-35

par Rédaction Ecomnews Med le
Les Etats-Unis ont décidé de bloquer la participation de la Turquie au programme d’avions de chasse F-35. Une réponse au choix d'Ankara de se doter de missiles russes S-400. Le point avec Ecomnews Med.

Washington est passé à l'acte, sans même attendre la fin de l'ultimatum fixé au 31 juillet. Face au refus de la Turquie d'annuler l’achat de systèmes de défense anti-aérienne russes S-400, les Etats-Unis ont mis à exécution, le 17 juillet, leur menace d'exclure le pays du programme F-35. 

“Le F-35 ne peut pas coexister avec une plateforme de collecte de renseignements russe qui sera utilisée pour en apprendre davantage sur ses capacités de pointe” a expliqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Une décision “injuste” d’après la Turquie

Washington a fait de "nombreuses" propositions pour vendre son propre système de missiles Patriot à la Turquie, a assuré Stephanie Grisham, la porte-parole de la présidence américaine. Ankara a préféré l’offre russe et, malgré la menace de sanctions américaines, la livraison des premières pièces des missiles S-400 a commencé le 12 juillet dernier.

La Turquie fait partie de l’Otan et son choix de s'équiper de missiles russes aura "un impact négatif" sur son "interopérabilité" avec les autres membres de l'alliance, a jugé Stephanie Grisham. Malgré tout, les Etats-Unis continueront à coopérer avec Ankara.

La Turquie a immédiatement blâmé une décision "injuste", "unilatérale", qui "ne respecte pas l'esprit de l'alliance" atlantique. Elle "n'est pas non plus basée sur des raisons légitimes", a souligné dans un communiqué le ministère turc des Affaires étrangères.

Une perte financière pour Ankara

Le Pentagone avait donné jusqu'au 31 juillet à la Turquie pour refuser les missiles russes, sous peine d'être exclue du programme F-35, auquel Ankara participe depuis son lancement. La Turquie souhaite d'ailleurs acquérir 100 exemplaires de ces avions.

Cette exclusion devrait concrètement entraîner l'expulsion des pilotes turcs s'entraînant actuellement aux Etats-Unis sur les F-35 et la résiliation de la livraison des quatre appareils déjà achetés par Ankara, encore sur le sol américain.

Le personnel turc du consortium international fabriquant le F-35 sera remplacé et les contrats de sous-traitance attribués à des sociétés turques risquent également d’être annulés. "La Turquie va certainement, et c'est regrettable, perdre des emplois et des opportunités économiques à cause de sa décision", a indiqué Ellen Lord, ministre adjointe à la Défense chargée des acquisitions, lors d'un point de presse organisé après l'annonce de la Maison Blanche.

Léa Christol

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.