Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   La Méditerranée en danger à cause de la canicule

par Rédaction Ecomnews Med le
Après la canicule, c’est la température de la Méditerranée qui grimpe anormalement… une situation qui profite aux estivants, mais pas à la mer qui est en danger.

Le mois de juin le plus chaud jamais enregistré en France et dans le monde est, pour l’heure, celui de 2019. En conséquence, la température de la mer est en train de battre de nouveaux records de chaleur. S’il est encore trop tôt pour établir un lien direct entre ce phénomène et le réchauffement climatique, une chose est sûre : la Méditerranée est en danger.

Un événement « 5 fois plus probable » à cause du réchauffement

L’Europe a été touchée par une canicule exceptionnelle durant la semaine du 24 juin 2019, due à une chaleur étouffante venue du Sahara. Selon les analyses de l’équipe de scientifiques européens de Copernicus, les températures ont atteint des records en dépassant les normales de la saison d’environ 10°C, notamment en France (record absolu le vendredi 28 juin avec 46°C), mais aussi en Allemagne et dans le nord de l’Italie et de l’Espagne.

Juin 2019 a été jusque-là le mois de juin le plus chaud jamais enregistré en Europe, avec une température moyenne supérieure à celle enregistrée entre 1850 et 1900, toujours selon les chiffres de Copernicus qui a croisé les données satellites et historiques. Même si les analystes estiment qu’il est encore trop tôt pour lier cette canicule au réchauffement climatique, on estime que ces vagues de chaleur sont désormais cinq fois plus probables que dans un scénario virtuel dans lequel l’Homme n’aurait pas altéré le climat.

La mer chauffe dangereusement

La montée de la température des eaux est une conséquence directe de la canicule. En effet, on assiste aujourd’hui à un début d’été très chaud en France, avec une Méditerranée en surchauffe (25° C) et des risques de perturbation pour tout l'écosystème.

Les festivaliers et amateurs de la baignade sont nombreux à prendre d’assaut les plages pour profiter de la mer et beaucoup trouvent que « l’eau est bonne » à cette période l’année, avec des pics de 30°C dans l’eau en début d’après-midi. Seulement, ce phénomène n’est pas sans conséquence pour le monde marin qui n’est pas habitué à de telles températures.

Pour rappel, un événement similaire s’était produit en 1999 et avait beaucoup nui aux coraux. Les analystes redoutent le même scénario si la situation perdure. Patrick Raimbault, chercheur à l'Institut méditerranéen d'océanologie, craint pour la survie « d’espèces emblématiques de la Méditerranée » dans les années à venir, dans un contexte où la pollution marine par le plastique bat également son plein.

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.