Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESEMPLOIPOLITIQUEDÉCIDEURS

///   La Turquie et la Jordanie repartent sur de nouvelles bases

par Rédaction Ecomnews Med le
La Jordanie renoue les liens commerciaux avec la Turquie, au lendemain des élections municipales turques. Après plusieurs mois de tractations, les responsables des deux pays ont fini par se rencontrer le 17 juillet 2019 pour échanger sur les conditions d’amélioration de leurs relations commerciales. Le point avec Ecomnews Med.

Le mercredi 17 juillet, une délégation commerciale turque a atterri à Amman, la capitale de la Jordanie, pour booster les échanges commerciaux entre les deux pays. Le Premier ministre, Omar Razzaz, a examiné avec ses invités les possibilités d’investissement et de coopération dans différents secteurs d’activité, non sans mettre en avant les atouts de la Jordanie en matière d’ouverture sur les marchés de la région.

En effet, la Jordanie est signataire de plusieurs accords de libre-échange et pourrait constituer un hub pour l’accès aux marchés du Golfe pour la puissance manufacturière turque.

Aujourd’hui, plus que jamais, Turcs et Jordaniens sont décidés à marcher ensemble vers le même objectif, soulignant leur volonté commune de « stimuler les relations bilatérales », selon le communiqué rendu public après la série de réunions.

Elaborer un nouvel accord de coopération économique profitable à tous

En 2018, Amman avait suspendu son accord de libre-échange avec Ankara, dans l’intention de soutenir les industries locales et le secteur agricole afin de renforcer leur compétitivité. La Jordanie avait en effet estimé que l’accord ne lui était pas aussi avantageux qu’il pouvait l’être pour la Turquie.

En effet, les exportations turques vers la Jordanie avaient fortement augmenté, alors que les débouchés pour les produits jordaniens restaient mitigés.

Les acteurs du secteur industriel en Jordanie s’étaient alors manifestés à plusieurs reprises contre cet accord et avaient exigé sa suspension. Les deux pays ont choisi la voie du compromis et réfléchissent à un nouvel accord de coopération qui ne léserait aucune partie.

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.