Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEEMPLOICULTURE SPORTPOLITIQUEECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Méditerranée : les politiques chassent les ONG

par Rédaction Ecomnews Med le
Les embarcations de fortune emplies de migrants clandestins tentant de rejoindre l’Europe sont légion en Méditerranée. L’UE, quant à elle, considère que la « crise migratoire » est terminée et a ainsi délégué la gestion du problème à la Turquie et à la Libye. Pire encore, les bateaux des ONG aidant les migrants en haute mer ne sont plus actifs, ou du moins sont empêchées de travailler.

La crise des réfugiés en Méditerranée continue de sévir. En 2016, l’Italie seule a reçue 180 000 migrants, 120 000 en 2017, 23 000 en 2018 et 3073 depuis le 1er janvier 2019.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations, 426 personnes ont disparu en tentant la traversée depuis janvier 2019. En outre, 3 750 personnes ont été interceptées et rapatriées en Libye, pays où, selon l’ONU et plusieurs ONG, les migrants subissent des traitements violents.

En Libye, les trafiquants détiennent les migrants dans des centres illégaux sans qu’aucune donnée chiffrée sur leur nombre exact ne soit disponible à ce jour. En mai 2019, plusieurs ONG internationales travaillant en Libye (Mercy Corps, Première Urgence Internationale, International Rescue Committee, Danish Refugee Council…) ont tiré la sonnette d’alarme sur cette situation humanitaire déplorable lors d’une prise de parole publique.

Elles ont lancé un appel aux Etats membres de l’UE à revoir en urgence leurs politiques migratoires qui, selon elles, encouragent un « système de criminalisation ». Les ONG ont en outre attiré l’attention de l’UE sur les conditions « abominables » des migrants en Libye, « y compris les femmes et les enfants, qui sont sujets à des détentions arbitraires et illimitées ». en 2018, près de 20% des migrants ayant embarqués en Libye sont morts ou disparus pendant la traversée de la Méditerranée.

Les bateaux des ONG ne patrouillent plus en Méditerranée

Depuis le 26 août 2018, plus aucun navire d’ONG ne patrouille en Méditerranée pour sauver des migrants. Les dix navires affrétés par les ONG pour patrouiller en Méditerranée et effectuer des missions de sauvetage ont dû quitter les eaux faute de pouvoir accoster quelque part ou obtenir l’autorisation de débarquer les migrants secourus.

En effet, la fermeture des ports méditerranéens à Malte et en Italie en raison des politiques antimigrants de ces pays rend le débarquement des migrants secourus impossible. En leur absence, les missions de sauvetage de migrants incombent aux gardes-côtes libyens au large de leurs côtes. Même si depuis , SOS Méditerranée et Médecins sans frontières ont affrété un nouveau bateau pour aller à la rescousse des migrants sur la méditerranée : l'Ocean Viking, un nouvel espoir pour les réfugiés qui cherchent un à fuir souvent la misère ou la guerre au péril de leurs vies.  

 

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.