Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉPOLITIQUEECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Syrie : un sommet Turquie-Russie-Iran prévu en septembre à Ankara

par Rédaction Ecomnews Med le
Les présidents russe, iranien et turc se réuniront à Ankara le 16 septembre pour un sommet consacré à la résolution de la crise syrienne, rapportent les médias locaux en Turquie citant le porte-parole de la présidence turque.

Comment poursuivre le processus politique en Syrie ? C'est de cette thématique dont il sera question au prochain sommet consacré à la résolution de la crise, prévu le 16 septembre à Ankara. Ibrahim Kalin, le porte-parole de la présidence turque, a déclaré lors d'une conférence de presse mercredi 21 Août, que le président Recep Tayyip Erdogan accueillera cette réunion tripartie entre la Turquie, la Russie et l'Iran.

Les dirigeants des trois pays discuteront notamment de l'accord entre Moscou et Ankara conclu en 2018 sur la zone de désescalade à Idleb, dernier bastion de l'opposition en Syrie et de l'établissement d'une commission constitutionnelle.

Cet accord, qui n’a été que partiellement appliqué, a échoué, malgré plusieurs tentatives pour lui redonner vie.

L’avancée du régime syrien et la position de la Turquie

L’annonce de ce sommet survient au moment où le régime syrien, soutenu par Moscou et Téhéran, poursuit ses opérations. Depuis plusieurs semaines, l'armée a lancé à Khan Cheikhoun, dans le sud de la province d'Idleb, une vaste offensive pour déloger les groupes terroristes, notamment le "Front al-Nosra", affilié à Al-Qaïda, et ce, alors que la zone était censée être protégée par l'accord sur la "zone démilitarisée".

Face à l'avancée des forces de Bachar al-Assad, les Jihadistes et les rebelles se sont retirés de Khan Cheikhoun ainsi que des secteurs voisins dans le nord de la province de Hama.

Cette avancée a laissé le 9e poste d'observation turc encerclé à Morek, au sud de Khan Cheikhoun. Mais la Turquie, qui dispose actuellement de 12 postes d’observation à Idleb, insiste sur le fait qu'elle maintiendra ses positions. 

"Il n'est pas question de fermer ou de déplacer le 9e poste d'observation", a déclaré M. Kalin. "Le 9e poste d'observation reste à sa place, tous les autres postes d'observation prévus et ceux que nous avons mis en place dans le cadre de l'accord d'Idleb continueront à opérer là où ils sont."

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.