Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉECONOMIEENTREPRISESEMPLOIPOLITIQUE

///   Libye : « La solution pour rétablir la paix ne peut pas être militaire mais politique « selon les Nations-Unies

par Rédaction Ecomnews Med le
Le Chef de la Mission d’Appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Ghassan Salamé, a officialisé le lancement de l’axe économique et financier de son plan d’action le 6 janvier 2020.

Le Chef de la Mission d’Appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Ghassan Salamé, s’est exprimé dans les médias le 6 janvier 2020, en marge du conseil de sécurité de l’ONU. Il a évoqué la situation récente en Libye. 

Il a affirmé que des dizaines d’écoles sont fermées à cause des combats et des dizaines d’établissements de santé sont attaqués. 

Le bombardement d’une académie militaire a fait de nombreuses victimes, dont il assure qu’elles étaient désarmées. Selon lui, il est acquis qu’un pays soutenant l’Armée Nationale Libyenne (ANL) du Maréchal Haftar en est à l’origine

Il a en outre reconnu que certaines zones de la ville de Syrte ont été prises par l’ANL. Ghassan Salamé condamne l’ingérence étrangère, qui prend actuellement la forme d’un envoi d’armes et de mercenaires. Il convient selon lui d’éviter l’escalade militaire et l’internationalisation du conflit. Il considère que la solution en Libye ne peut pas être militaire, d’autant que « le pays est immense » et les forces armées sont composées de nombreux mercenaires dans les deux camps. 

La solution doit être politique. Ghassan Salamé craint les conséquences d’une détérioration de la situation en Libye sur les pays voisins de la région, qui sont « très fragiles ». Il espère que la Conférence de Berlin, dont les contours restent flous à ce stade, se tiendra le plus tôt possible, de préférence avant fin janvier 2020, et qu’elle soutiendra les efforts entrepris par la MANUL sur le terrain. 

Celle-ci a décidé de lancer le 1er axe du plan d’action (i.e. l’axe économique et financier) le 6 janvier 2020, sans attendre la tenue de la Conférence de Berlin. 

Le 2ème axe (militaire et sécuritaire) débutera, si possible, au cours des deux prochaines semaines. Il concernera notamment le cessez-le-feu, l’embargo sur les armes, le processus DDR (Désarmement, Démobilisation et Réintégration), et le terrorisme. Enfin, Ghassan Salamé souhaite que le 3ème axe (dialogue politique) soit lancé d’ici la fin du mois de janvier 2020 à Genève, au Palais de la Nation. 

Source : Service Économique Régional Tunisie-Libye // Economic Service Tunisia-Libya; Ambassade de France en Tunisie // French Embassy in Tunisia

 

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.