Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
INFORMATIONS NATIONALESACTUALITÉAGENDAPOLITIQUEECHANGES MÉDITERRANÉENSDÉCIDEURS

///   Le Plan de paix pour le Moyen-Orient serait rendu public ce 28 janvier

par Denys Bédarride le
Les États-Unis pourraient publier leur, tant attendu, plan de paix pour le Moyen-Orient (Deal du Siècle) avant la visite du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, ce 28 janvier a annoncé, le président Donald Trump.

 

"Nous allons probablement publier notre plan de paix pour le Moyen-Orient avant le 28 janvier", a déclaré Donald Trump aux journalistes avant d'atterrir en Floride, se référant à la rencontre de mardi avec Netanyahu à la Maison Blanche.

Plus tôt dans la journée, la Maison Blanche a déclaré que le président avait invité Netanyahu et son principal rival politique, Benny Gantz, à se rendre à Washington alors que le plan de paix de Trump serait bientôt révélé.

Trump a déclaré qu'il pensait que le plan de paix pouvait fonctionner et qu'il avait "brièvement" parlé aux Palestiniens.

"Nous leur avons parlé brièvement. Mais nous leur parlerons dans un certain temps", a-t-il déclaré. Et de poursuivre : " Je suis sûr qu'ils réagiront peut-être négativement au début, mais c'est en fait très positif pour eux."

"C'est un excellent plan. C'est un plan qui fonctionnerait vraiment", a-t-il ajouté.

La présidence palestinienne a de son coté menacé de "prendre des mesures" si le plan de paix américain pour le Moyen-Orient était annoncé sous sa forme actuelle.

"Nous exigerons qu'Israël assume toutes ses responsabilités en tant que puissance occupante, et nous mettons en garde Israël et l'administration américaine contre le franchissement des lignes rouges", a déclaré le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abu Rudainah, dans un communiqué.

Le Mouvement de résistance islamique "Hamas" a promis, dans un communiqué, de contrecarrer le plan américain.

"Toutes les tentatives pour passer cet accord (le plan de paix américain pour le Moyen-Orient) échoueront sur le roc de la résistance et de la constance de notre peuple", a déclaré le Hamas.

La chaîne israélienne, Channel 12, a déclaré que le "Deal du Siècle" reconnaîtrait la souveraineté israélienne sur pratiquement toutes les colonies de Cisjordanie occupées, qui sont illégales en vertu du droit international.

Cela déplacerait effectivement la frontière israélienne reconnue par les États-Unis plus à l'est dans le territoire palestinien, et la souveraineté israélienne serait reconnue sur l'ensemble de Jérusalem, que les Palestiniens souhaitent comme capitale de leur futur État.

Le plan reconnaîtrait également un État palestinien démilitarisé à une date ultérieure, mais il est très peu probable que les responsables palestiniens acceptent le plan, qui, selon Channel 12, exigera également le désarmement du Hamas et la reconnaissance palestinienne de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Le président Mahmoud Abbas a déclaré à plusieurs reprises, au cours des deux dernières années, que les Palestiniens rejettent le plan de paix américain pour le Moyen-Orient (Deal du siècle), car les dossiers de Jérusalem, des réfugiés et des frontières ont été retirés des négociations.

L’administration américaine a suspendu, depuis deux ans, toutes les formes de soutien financier aux Palestiniens, y compris les projets d'infrastructure et les hôpitaux à Jérusalem-Est, et le soutien à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).

À son tour, la direction palestinienne a suspendu ses contacts politiques avec l'administration américaine après la décision de Trump, le 6 décembre 2017, de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et de déplacer l'ambassade de Washington dans la ville occupée.

Source Agence Anadolu 2020

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.