Suivez aussi
l'actualité du Sud de la
France sur le
Twitter de @ecom_news
LIBANACTUALITÉECONOMIEPOLITIQUEECHANGES MÉDITERRANÉENS

///   Le Liban à la 73ème place mondiale pour l’administration électronique

par Karl Demyttenaere le
Tous les 2 ans, les Nations unies effectuent un classement au niveau mondial mesurant l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) par le gouvernement afin de fournir des services publics de qualité. Le Liban gagne des places mais beaucoup reste à faire.

Clavier

Selon ce classement biannuel des Nations unies sur l’administration électronique, le Liban est 10ème sur 19 pays de la zone Mena (« Middle-East-North-Africa », Moyen-Orient-Afrique-du-Nord en français), ainsi que 73ème sur 193 pays au niveau mondial.

Dans la zone Mena, le Liban a avancé de 3 places comparé à 2014 d’après le rapport mentionné par le Lebanon this Week de Byblos Bank. Le pays est devant le Maroc mais il est devancé par la Tunisie. Dans cette région du monde, le classement est largement dominé par les pays du Golfe.

Au niveau mondial, c’est le Royaume-Uni qui arrive en tête du classement alors que la Somalie termine en dernière position.

3 sous-indices pour aller plus loin

 Cet indice global de mesure de l'administration électronique est composé de trois sous-indices rentrant davantage dans le détail en évaluant : les services Internet, l'état des télécommunications et le capital humain.

Concernant celui sur les services Internet (avec la prise en compte notamment des sites de différents ministères et celui des statistiques nationales), le Liban gagné quatorze places par rapport à 2014, il se place aujourd’hui à la 9ème place dans la zone Mena.

On assiste à une progression encore plus importante dans le cas du sous-indice évaluant l'état des télécommunications (prenant en compte le nombre d'utilisateurs Internet, de lignes téléphoniques fixes, la pénétration mobile, les abonnements à l'Internet fixe et sans fil) puisque le Liban grapille onze places comparé au précédent classement, devenant ainsi 7ème de la région Mena.

Par contre, pour le sous-indice sur le capital humain (évoluant le taux d'alphabétisation des adultes, le taux brut d'inscriptions dans l'éducation primaire, secondaire et supérieure, et la moyenne des années d'études), le Liban a chuté de 19 places par rapport à 2014.

A lire également :

L'ONU sélectionne une jeune libanaise pour parler de développement durable

A lire aussi

0 commentaire SE CONNECTER
Pour commenter cet article il faut être loggé.