#ASavoir #Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #PhotosEtVideos #VieDesEntreprises #MAROC
Juli Choquet
vendredi 27 octobre 2017 Dernière mise à jour le Vendredi 27 Octobre 2017 à 12:07

La présidente de région Carole Delga a effectué un déplacement au Maroc accompagnée de nombreux collaborateurs du secteur aéronautique. Si le pôle de Toulouse situé dans la région Occitanie accueillant le célèbre Airbus représente le fleuron technologique de la France, la zone franche de Casablanca au Maroc a développé une technologie de pointe dans la fabrication de pièces aéronautiques. Pour autant les deux ne se font pas forcément concurrence comme nous l’explique Carole Delga, présidente de région Occitanie, Karim Cheikh président du GIMAS (Groupement des Industries Marocaines Aéronautiques et Spatiales) et André Azoulay conseiller auprès de sa majesté Mohamed VI.

 

La filière aéronautique : un enjeu bipartite pour l’Occitanie et le Maroc

A travers le GIMAS (Groupement des Industries Marocaines Aéronautiques et Spatiales) le Maroc jouit d’un pôle aéronautique ambitieux qui apparait comme une pièce maitresse de l’économie nationale. Facilité par la zone franche de Casablanca, le Maroc a développé une technologie de pointe dans la fabrication de pièces aéronautiques. Ces pièces sont ensuite envoyées aux quatre coins du monde y compris à Toulouse : le pôle aéronautique de la région Occitanie.

Aujourd’hui plus de 100 membres constituent le GIMAS qui joue un rôle de fédérateur dans la représentation des intérêts de la filiale aéronautique auprès des pouvoirs publics, des organismes nationaux et internationaux. Le GIMAS a notamment participé au Pacte National pour l’Emergence Industrielle (PNEI) établi en 2009 pour édifier l’industrie moderne et compétitive du pays. Avec la création en 2011 de l’IMA : l’Institut des Métiers de l’Aéronautique du Maroc, le pays est doté d’un centre d’excellence permettant la formation de plus de 200 étudiants chaque année. La filière seule de ce type au Maroc est extrêmement sélective. A titre d’exemple environ 1 candidature sur 10 est acceptée par l’établissement. Avec plus de 400 candidatures reçues par semaine, l’IMA peut se targuer d’attirer chaque année de plus en plus de jeunes tournés vers ces métiers d’avenir.

S’allier plutôt que se faire concurrence ?

Du coté de la région Occitanie, l’aéronautique pèse énormément dans l’écosystème. Au lieu de délocaliser, la région mise sur une stratégie économique tournée vers l’international avec des partenaires compétitifs. Le Maroc juste en face de la Méditerranée apparaît alors comme un partenaire clé pour le co-développement. Vous l’aurez compris, la sauvegarde de l’emploi en région Occitanie passe par ce type de partenariat dans un domaine précis comme l’aéronautique. Carole Delga, présidente de région Occitanie en fait le brillant exposé : « Nous ne sommes plus en effet sur ces systèmes qui sont destructeurs d’emplois avec les délocalisations, nous sommes au contraire avec une partie de la production de ces entreprises d’Occitanie dans la filière aéronautique qui ont une implantation au Maroc et qui à travers cette implantation au Maroc retrouve une compétitivité et grâce à cette compétitivité décroche de nouveaux marchés, donc créer plus d’emplois en Occitanie ».

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EcomNews MED Vidéos